Historique

Création d’une Association Métallurgique et Minière de lutte contre la tuberculose (A.M.M.) sous les auspices de l’Union des Industries Métallurgiques
La Caisse Syndicale d’Assurance Mutuelle des Forges de France décide la construction du Funiculaire.
Construction du funiculaire par l’entreprise de travaux public Isidore Mourier et du fabriquant suisse DE ROLL. Coût 4 000 000 Francs, (4 100 000 €).
Mise en exploitation du Funiculaire de Saint Hilaire, prévue sous la présidence de M. MILLERAND qui, ayant démissionné, ne put venir. Son successeur M. DOUMERGUE, fit une visite le 25 juillet 1925.
56 000 tonnes de matériaux de construction transportés par le funiculaire pour le seul établissement de l’AMM.
Construction du sanatorium du RHÔNE lequel verse à la caisse « maître d’ouvrage » la somme de 1 500 000 Francs moyennant la réservation de 1/3 des places du funiculaire et l’engagement de faire fonctionner celui-ci pendant 75 ans(jusqu’à l’an 2000 !).
Création du Sanatorium des Etudiants de France qui, pour bénéficier des mêmes avantages verse 200 000 F (30 489 euros) à la Société d’Exploitation.

La suppression du Funiculaire est envisagée puis repoussée en vertu des accords passés en 1925 avec le sanatorium du RHÔNE.
Le Funiculaire est le moyen de transport courant des habitants du Plateau vers la Vallée du Grésivaudan.
Le Funiculaire tombe en désuétude : déficit croissant.
Les cabines sont changées ce qui n’est pas un progrès sur le plan esthétique.
Première parution dans le guide MICHELIN comme site touristique d’intérêt.
Le Département de l’Isère accorde une subvention annuelle de 10 000 F (1 524 euros) qui couvre une partie du déficit.
La C.I.A.M. cède ses installations pour 1 franc symbolique à la Commune de Saint Hilaire du Touvet qui assure avec le concours des « chemins de fer touristique et de montagne l’exploitation touristique du Funiculaire.
Municipalisation de la gestion du Funiculaire dans le cadre d’une Régie Municipale des Remontées Mécaniques associant Funiculaire et station de ski.
Le Funiculaire connaît un nouveau départ avec l’arrivée du Vol Libre. Il devient l’ascenseur rêvé des hommes volants assurant la liaison entre le décollage de Saint Hilaire et l’atterrissage à Lumbin.
Réfection de la voie. Opération réalisée en 6 tranches, chaque tranche correspondant à la remise en état d’un tronçon de voie.
Le parapente et la Coupe Icare viennent encore grossir le nombre d’utilisateurs du Funiculaire.
Réfection de la machinerie du Funiculaire, dans le respect des éléments d’origine.
Les cabines sont changées pour retrouver leur esthétique originale.
Réfection des 1750 marches en bois qui composent avec les 1542 marches en pierres l’escalier qui longe la voie du Funiculaire et permet l’entretien de celle-ci.
Le site naturel du funiculaire s’impose par la réalisation en gare haute d’un espace scénographique : « le laboratoire d’Icare » et d’un restaurant panoramique : « le Funiculaire » étoffant ainsi l’offre touristique.
programme de réfection des ouvrages d’art supportant la voie ainsi que la sécurisation des falaises surplombant celle-ci.